Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2017

Le rêve est long, 2018.

- C'est sympa de passer le réveillon tous les deux. Mais tu as prévu quelque chose de bon pour ce soir ?
  Je ne vois rien dans le frigo. Tu veux que j'aille chercher quelque chose ? Même si ça risque d'être
  dur un dimanche à 8 heures du soir !
- Ne t'inquiète pas mon chéri, je t'ai prévu quelque chose de succulent crois-moi ! C'est une surprise.
  Bon je peux te le dire maintenant. Va préparer tes affaires et nous partons. J'ai réservé un gite douillet
  avec cheminée sur le bassin d'Arcachon.
- Mais ma voiture est en révision.
- Nous prenons la mienne et je conduis ! Il ne faut pas traîner si nous voulons profiter de la soirée.

J'ai eu vite fait de préparer mes affaires et comme il fallait s'y attendre ma femme s'est montrée bien
plus longue que moi et il est bien 21h30 quand nous nous élançons sur le route d'Arcachon.

- Tiens tu ne prends pas l'autoroute ?
- Je la prendrai un peu plus loin. Il doit y avoir du monde un 31 décembre et la N20 roule très bien
  sur ce tronçon.

Sachant qu'il est inutile de discuter quand elle tient le volant, je ne proteste pas et ne vérifie
même pas le trafic sur mon smartphone. Je suis un peu somnolent quand je sens la voiture freiner
doucement, assez loin d'un carrefour pour s'y arrêter alors que le feu passe à peine à l'orange.

- Tu avais largement le temps de passer !
- Oui, sûrement. Mais tu sais que j'évalue mal les distances la nuit.

C'est alors que ma femme gare la voiture sur le bas-côté et que j'aperçois une auto-stoppeuse
près du feu rouge. Il faut dire qu'elle est difficilement visible dans l'obscurité, tout de noir
vêtue : blouson et mini-jupe tube de cuir noirs, bas noirs imprimés dévoilant de longues et belles
jambes fuselées et escarpins classiques à hauts talons de la même couleur.

- Tu vas la faire monter ? Ah là ça m'étonne de toi !
- Ne pas pas prendre une femme aussi sexy un soir de réveillon, ça serait presque de la non-assistance
  à personne en danger. Avec tous ces routiers, sympas certes, mais affamés.
  Bonjour Mademoiselle. Où allez-vous donc en ce soir de réveillon ?
- A Bordeaux ...
- On peut dire que vous avez de la chance. C'est sur notre chemin. Montez donc.

La voyageuse solitaire s'installe sur la banquette arrière et la température dans la voiture étant bien
supérieure à celle de l'extérieur, la jolie brune aux cheveux mi-longs retire son blouson dévoilant
un chemisier en dentelle noire, fort transparent, qui dévoile un joli soutien-gorge en soie noire et coton
blanc que remplit très joliment une poitrine plutôt généreuse. Elle a l'air très grande mais dégage
une sensualité et une douceur très ... attirantes.
Je ne peux m'empêcher tout en échangeant des banalités de l'admirer furtivement mais ma femme s'en
rend compte et lâche avec un petit sourire :
- heureusement que je suis là pour te surveiller. Je n'aimerais pas savoir te savoir seul avec Marika.
- Marika ? Comment cela ? Comment connais-tu son prénom ? Vous vous connaissez ?
- Mais mon chéri, elle a dit son prénom en montant dans la voiture. C'est même la première chose qu'elle
  a dite. Mais tu n'écoutes jamais rien !

Nous avons pris l'autoroute depuis un certain temps déjà lorsque ma femme bifurque soudainement vers une aire de repos et la voiture semble prise de soubresauts. Elle roule jusqu'au parking et parvient à se garer
sur une place en roue libre. Elle essaie alors de redémarrer à 3 reprises mais il ne se passe absolument
rien.
- Je crois bien que c'est la panne !
- Ce n'est pas l'essence. Laisse-moi essayer.
- Pff. Tu crois que tu vas y arriver mieux que moi ? Tu n'y connais rien en mécanique !

Elle n'a pas tort et je le sais bien. Mais je veux quand même essayer. Ma femme sort de la voiture
en laissant les clefs sur le contact tout en disant :
- je vais appeler l'assistance.
Je la vois téléphoner tandis que je tente en vain de démarrer la voiture. Pour me donner bonne conscience
je soulève le capot et jette un coup d'oeil sur le moteur mais je ne sais pas trop quoi vérifier.
Les niveaux d'huile et d'eau ont l'air corrects. Pas de câble débranché, ni de durite pendante.

- C'est peut-être la batterie ?
- Non mon chéri, la batterie est neuve. Et j'ai démarré sans problème tout à l'heure. Mon assistance
  ne pourra pas intervenir avant demain matin. Avec un peu de chance, il y aura des chambres de libre
  dans cet hôtel ? Marika pouvez-vous aller demander ?

Après une à 2 minutes Marika revient de l'unique hôtel de l'aire d'autoroute l'air contrariée :
- Il n'y a qu'une seule chambre de libre avec un grand lit. Je vais vous laisser dormir et continuer ma
  route en stop.
- Pas question, lui répond ma femme. Tu ne trouveras personne à cette heure-ci ou alors que des pervers.
  Et la température doit être négative. A la guerre comme à la guerre, on va se débrouiller pour dormir
  à 3 dans la chambre. Après tout c'est pas pire que le camping non ?

Je suis légèrement surpris par cette générosité soudaine et par cette référence au camping, sachant que
ma femme en a horreur, mais je m'incline. Après tout l'expérience pourrait s'avérer amusante.
Et nous voici en train de faire un réveillon improvisé et improbable dans une chambre d'hôtel en dégustant
le Champagne, le saumon et le foie gras que ma femme avait emporté dans une glacière en prévision de notre tête-à-tête à Arcachon.
L'alcool aidant nous sommes de fort bonne humeur et après les bises et voeux traditionnels de minuit,
l'heure du coucher approche. Ma femme se déshabille et se glisse en culotte dans le lit et s'y couche
sur le côté droit.
- Excusez-moi mais tout ça m'a fatiguée. Bonne nuit ! Et arrêtez vos chichis, venez vous coucher, le lit
  est assez grand pour 3.
Marika et moi nous regardons un peu gênés. Alors pendant qu'elle va dans la salle de bains, j'éteins
la lumière de la chambre et me glisse au milieu du lit en boxer. Peu de temps après, Marika nous rejoint au lit
éclairée par son téléphone. Avant qu'elle ne se glisse sur ma gauche, j'ai le temps d'apercevoir sa culotte
de soie noire et le soutien-gorge qu'elle a gardé.

Allongé entre ma femme et Marika, je ne peux pas m'empêcher de ressentir une certaine excitation mais
j'essaie de contrôler la bosse qui gonfle dans mon boxer. Ma femme s'est endormie et nous l'entendons
respirer avec régularité. Je sens alors Marika s'approcher de moi et tandis qu'elle colle son épaule
contre la mienne, sa main descend doucement le long de mon ventre. Je suis pétrifié, mais je la laisse faire
tandis qu'elle glisse la main dans mon boxer et saisit ma virilité à pleine main.
Puis, sans doute encouragée par ma réaction physiologique, elle se glisse doucement sous le drap,
descend mon boxer et me prend doucement en bouche.
Ma femme se réveille et se retourne soudain. Mais dormait-elle ? Elle passe la main sur le drap
et à ma grande surprise se met à m'embrasser fougueusement. Puis elle allume sa lampe de chevet,
soulève le drap dévoilant le corps de la belle brune qui me suce, descend dans le bas du lit et entreprend
de lécher à son tour la culotte de Marika ...

Nous n'avons pas beaucoup dormi cette nuit et avons fêté l'arrivée de 2018 par presque toutes les
combinaisons de plaisirs disponibles à 3. Pendant que nous prenons un petit-déjeuner bien mérité au lit,
ma femme m'annonce qu'elle a 2 nouvelles à m'annoncer. Une bonne et une que je trouverai peut-être moins bonne.
- Je commence par la bonne ?
- Oui, si tu veux.
- La voiture n'a rien.
- Hein ? Mais alors, tout était prévu ?
- Oui mon chéri. Je suis tombé sur ton compte Twitter. J'ai vu tes conversations avec des inconnues à qui
  tu as décrit ton fantasme d'une nuit à 3 improvisée suite à une panne de voiture. J'espère que ça t'a plu de
  le réaliser ! Mais je ne t'en veux pas. Chacun a droit à son jardin privé. Même ta " femme coincée  qui ne
  fait l'amour qu'au lit et la lumière éteinte ". Tu me trouves toujours aussi coincée ?
- Non, non. J'ai écrit ça mais je ne le pensais pas vraiment.
- Menteur. Je ne t'en veux pas pour ça non plus. C'est normal. J'avais beaucoup de travail ces derniers temps.
  Et de bonnes raisons d'être fatiguée.
- Tant mieux. Et l'autre nouvelle ?
- Hé bien, maintenant je peux te présenter vraiment Marika. Elle est ma maîtresse depuis 6 mois ! Vraiment    une bonne raison d'être fatiguée. Bon, tu es fâché, ou on va tous les 3 à Arcachon ?













Écrire un commentaire